Quand le marketing digital des éditeurs fait pschitt

Avec environ 65 000 nouveautés par an, l’édition ne semble pas souffrir d’un manque d’auteurs. Les services manuscrits débordent et selon le proverbe « tout français qui sait écrire se pense écrivain ». Pourtant, certaines maisons d’édition axent leur marketing digital sur cette seule fonction de repérage de l’auteur. Pourquoi ce paradoxe ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s